16/07/2014

Deux ULTRAS en 15 jours...

posté à 14h05 dans "2014"

Il ne faut jamais dire " JAMAIS «.
Si on m'avait dit un jour, que je serai capable d'enchainer deux Ultras Trail (ou presque en 15 jours) je ne l'aurais jamais cru !!! Et comme me l'a dit mon ami Patrice Marmet "Le sanglier «, tout est dans la tête.
C'est ainsi que j'ai tenté d'enchainer le 28/06 Ultra QUEYRAS 132km/+8300M et 12/07 l'Ultra Di CORSICA 115km/+8000M.



L'Ultra Queyras





Une course qui me tenait à cœur, peut-être trop d'ailleurs ! Une course mal gérée...
Je pense que la forme était présente, mais une grossière erreur m'a amené dans le mur ou plutôt à abandonner à 30km de l'arrivée. Cette erreur : ne pas faire ma course, mais courir en fonction de mes compagnons de route du moment. Leçon bien retenue !!!
C'est ainsi qu'après 105km/+7000m de course, arrivée au ravito d’Avrieux, je décidais de stopper ma course ; usure et grosse fatigue mentale, envie de rentrer au chaud dormir au lieu de continuer à lutter contre la météo capricieuse.

Résumé en ITW pour Team VIBRAM Impressions d’après course:GRAND RAID QUEYRAS
******************************
Team : 2 mots sur la course

Moi : MAJESTUEUX et SAUVAGE

Team : Tu t’es arrêté au 105ème km alors que tu étais bien placé (7ème, correct ?), plus de jus ?

Moi : après un départ rapide, je suis arrivé au 70eme KM en 3eme position, bien, mais mieux qu'au 53eme Km !
7km/h de moy à ce moment... mais là l'euphorie me gagna, lorsqu'on m'a annoncé que mes 2 compagnons du matin qui avaient accéléré la sortie de St Veran, commençaient à tirer la langue ...
Je suis reparti un peu vite du ravito, faisant une erreur de parcours, puis dans les 1500m positif qui suivaient, j'ai accéléré le pas pour essayer de revenir... oubliant de manger !!! Grosse erreur !!!
A la bascule sur Arvieux, j'ai coincé net, même si j'avais pris le temps de me ravitailler au point d'eau un peu avant le col en ingurgitant 4 gobelets de soupe de vermicelles...
La tête a lâché prise, et le corps a suivi ...je suis rentré en marchant à Arvieux, en perdant 4places et effectivement en arrivant 7ème..
Malgré les encouragements de tout le monde, a décision était prise, j'étais HS.. d'ailleurs à 21h je dormais comme un bébé…

Team : Quelle chaussure as- tu utilisé ?

Moi : Après beaucoup d’hésitation, j'ai utilisé les HOKA Rapa NUi semelle VIBRAM : privilégiant accroche et confort sur un parcours technique et surtout sans moment de repos... mon choix a été le bon.. et d'ailleurs la semelle est encore intacte, elle a résisté aux cailloux ...



Team : Sur une course aussi exigeante, quel était ton plan “alimentation” ?

Moi : Sur des départ tôt le matin que j'affectionne plutôt bien, j'essaie de me caler sur l'horloge biologique...
J'ai mangé surtout solide au début avec des barres protéinées, et un gel Ultimum Ultra Energétique en haut de chaque col haut pour être bien dans la descente.. ensuite vers midi j'ai mangé salé et en fin d'aprem aussi... jusqu'à Arvieux où pour terminer j'ai bu 2 bol de soupe chaude après avoir essuyé l'orage et rentrer.

Team : Quelques jours de repos bien mérité maintenant, et ensuite ?

Moi : Repos 3 jours pleins sans sport, 1 jour de remise en route via le kiné avec streching... puis reprise en VTT souple...
Prochaine étape l'Ultra Corsica 110km/+8000m... le 12 juillet prochain
Le but étant d'accumuler les KM et dénivelés en vue de mes 2 objectifs de la saison à savoir la TDS et le GRRéunion...

L'ULTRA DI CORSICA 115KM/+8000M

Un Ultra rugueux, technique, chaud, engagé et très CHALEUREUX.





Un départ de nuit, à minuit de la ville de Corte....sur la ligne, je ne cesse de me répéter deux mots : PLAISIR et PATIENCE !!!
Minuit le départ est donné, nous partons de la rue principale sous les encouragements de nombreux spectateurs et dans les fumigènes, pour une première boucle de 14km/+800m autour de la ville.
Après quelques hectomètres en ville, on attaque la boucle d’échauffement : monter de 630m en 4 km, redescendre et revenir quasiment à plat vers Corte, voilà 11km d’avalés en moins d’1h ½ pour les premiers. C’est l’heure du 1° ravito et du contact avec les supporters.
Ça part fort d'un coup à la sortie de la ville. Je vois Guillaume Lenormand qui part également. Je reste calme et contrôle ma vitesse via mon Garmin 910. Et je laisse donc filer.
Accompagné de Tony (mon compagnon de fortune qui s'était égaré avec moi sur la Saute Mouflons début juin, oui on était fatigué et n'avions pas vu les balises) nous arrivons à Corte, premier ravitaillement avec 5' de retard sur le groupe de tête. Il a fait très chaud, nous prenons le temps de boire et repartons .Sortis de la ville, la 1ère difficulté nous attend = 1400 de D+ pour seulement 6,2 Km !! Bienvenue en corse !!
Tony sort les bâtons, mais malgré ça, n'arrive pas à prendre mon rythme... C'est donc seul que je pars dans la nuit et le maquis ...
Arrivé au ravito des bergeries des Padule (pour mon plus grand bien -- Il faut compter presque deux heures pour faire à peine 6km) j'y retrouve une autre connaissance Damien Vesseau revenu très vite dans la bosse précédente.
Même chose, je prends le temps de boire, remplir et repars en sa compagnie pour la fin d'ascension, la piste forestière (5km) en direction du prochain point de ravitaillement de Calacuccia.
Damien m'ayant expliqué le parcours, je prends en plus de me ravitailler, ma 1ère soupe de vermicelles de la journée ; il est 5h du mat, le jour se lève, et je ne claque pas des dents à l'idée d'affronter la montée dans le massif du Cinto, le plus haut sommet de l’île, 2710m.
Nous repartons ensemble, frontale Petzl rangée, la journée ou la course commence enfin pour moi... Je sens que les jambes sont bien, et décide d'accélérer le pas, alternant course et marche jusqu'au petit ravito d’Astradella...
La lumière est là, les montagnes rougissent, l'eau du torrent coule et nous berce dans ce vallon.. Je suis aux anges et repars de plus belle dans la 2nde grande difficulté du jour qui, en passant par le lac du Cintu, et qui me conduira au point culminant du parcours : Bocca Crucetta 2415m.





Ah ! La montée du lac vers Bocca Crucetta, comme on est content quand on arrive en haut ! et qu’on a rattrapé le 3ème plein de crampes et qu'en levant la tête on voit le 2eme à 8' !!!
J'entame donc la descente sans trop de risques et en prenant des points de repères sur Guillaume Lenormand que j'ai en visuel .La descente est très technique et nous mène vers les bergeries de Ballone, 3km pour 1000D-, un petit ravito qui est le bienvenu.

Et c'est l'entrée sur le Mythe, le GR20 !!

Dans la haute vallée du Golo, je reviens sur Guillaume ...nous longeons et atteignons les bergeries de Radule avant de remonter vers la station de ski de Vergiu, ensemble.
C’est le moment d’un gros ravito après 10H30 de course ...la présence de So et Georges me fait du bien et m'enlève un peu d'excitation... Même si ma tension est à 13,7 Hein Madame Stéphanie Rivière !!!
Pause resto presque :
-> 1 bidon de 500Ml d'Amino Effinov, 3 gobelets du succulente soupe vermicelle + pommes de terre + Lardons ,
-> le plein des bidons,
-> l'ostéo qui me contrôle les rotules qui couinent
-> changement de « gomatiques », parti avec les Dynafit Feline, je repars avec mes Hoka Rapa Nui

J'encourage Guillaume à repartir avec moi, mais il préfère prendre un peu plus de temps.
Alors je file en sous-bois, remonté par mon actuelle place de 2ème en direction des rives veloutées du lac du Ninu (1900m), KM70.
Après avoir parcouru pendant environ 7 km le Campotile vaste plateau herbeux pour rejoindre le refuge de Manganu en passant devant la bergerie de Vaccaja.
J’attaque, le juge de paix de cette course : le terrible col de Bocca Alle Porte (2250m point culminant du GR20). Une montée raide dans un univers minéral austère et parsemé de gros névés. Puis redescente vers les plus beaux lacs d’altitude Capitellu et Melu à vos pieds, puis vers les bergeries des Grutelle avant d'attaquer la dernière difficulté du jour : environ 800 m de dénivelé pour 3 petits km me conduisant au plateau d’Alzu.







Dans cette dernière, Guillaume n'étant toujours pas revenu, je continue à faire le forcing en alternant course marche jusqu'au sommet... Je connais les talents de descendeurs du Guigui et me méfie...
Arrivé au ravito, je suis presque considéré comme un héros !!! L’ambiance du ravito est géniale de par l’accueil des bénévoles, des bergers. On y resterait bien ou y remonterais bien !!!
Il me reste alors 13 kilomètres descendants en longeant la vallée du Tavignanu et ses gorges étroites.. Mais que ce fut long avant d'arriver enfin à l'entrée de Corte et d'y trouver mon Georges avec sa Go pro pour immortaliser mon arrivée.. BIG Merci .



En traversant la ville, j'ai savouré, m'arrêtant faire la bise à mon ami Antoine Allongue (Beau 4eme le lendemain sur le 68km), mes partenaires de Team Ronan et Beppe... Bref un moment de partage sincère et vrai jusqu'au bout ...

Et puis quand tu as fini 2ème d'une course aussi TITANESQUE que cet ULTRA DI CORSICA en ayant

--> couru SEUL (pendant 19h contrairement à d'autre !!!), sans parler
--> à la force de tes jarrets (sans bâtons)
--> que tu as partagé quelques Km avec 3 personnes agréables Tony, Damien et Guillaume

Et bien OUI tu peux être fier de toi !!!!!



En conclusion, c'est une course extraordinaire, rythmé par ces bénévoles des plus conviviaux et chaleureux, sur un parcours des plus magiques , mais qu'il faut préparer et ne pas prendre à la légère..

Mais sincèrement PRENEZ un dossard pour une des 3 courses le we du 3 au 5 juillet 2015

Seb.

 


16/06/2014

Ultra Acores : p'tit RUN au milieu de l'Atlantique ...

posté à 16h21 dans "2014"



Les Açores sont un groupe d’îles portugaises qui se trouvent dans l'océan Atlantique nord, à environ 1 500 km à l’ouest de Lisbonne et du nord-ouest du Maroc, et à 3 900 km de la côte est de l’Amérique du Nord.

Les neuf îles sont réparties en trois groupes géographiques naturels :

le groupe oriental comprend les îles de São Miguel et Santa Maria ;
le groupe central comprend les îles de Faial, Terceira, Graciosa, São Jorge, et Pico (avec le point culminant du Portugal, le mont Pico à 2 351 mètres) MA DESTINATION ...
le groupe occidental comprend les îles de Flores et Corvo



L’archipel se trouve sensiblement à la même latitude que Lisbonne (de 39°43’ à 39°55’ de latitude nord). Il connaît un climat océanique très humide avec des variations annuelles assez réduites.
Une destination au nom évocateur d'aventurier à voiles... une opportunité pour moi de découvrir une nouvelle ile en courant et toute une population chaleureuse et amoureuse de son ile et son histoire.

C'est donc à Horta, sur l’île de Faial (15 000 habitants), que je passerai l'ensemble de mon séjour à la découverte d'une culture bien riche...

L'ile aussi appelée : l'ile bleue

Du mirador de Cabeço Gordo, point culminant de l’île, le terrain descend suavement jusqu’à la mer, en une profusion d’hortensias qui semblent prolonger sur terre les tonalités marines, et matérialise les fiançailles entre le bleu floral et le vert de la végétation et des prés. Il en est de même sur la route qui mène à Caldeira, au centre de l’île, et sur d’autres routes et chemins de Faial, ce qui lui donne droit à la désignation d’Île bleue. Mais tout change au volcan de Capelinhos, au paysage aride et agreste, où le gris lui aussi peut nous émerveiller.

Départ de Marseille, le mardi 20 mai 2014. Après une nuit d'escale à Lisbonne, me voici en route pour HORTA.

Mercredi : 11H30 je pose pied sur l'ile volcanique, mais bien verte (on dirait l’Irlande, mais avec un climat plus chaud!!!). Accueilli par l'organisation, je suis amené à mon lieu de résidence, Hôtel 4 étoiles avec vue sur le Ponta do Pico dans l'île de Pico aux Açores 2351 m (que nous irons gravir le lendemain de la course).

Après un repas léger, une petite sieste, me voilà parti pour une balade "découverte" de l'ile en courant (2H = 20KM/+900m).
Je suis impressionné par la lumière et la paix qui règne sur ce bout de terre.



Jeudi : après une grosse nuit (11h de sommeil) me voilà repartis (encore un petit 18km) à arpenter les petites routes qui quadrillent l'ile. Je découvre une architecture de maison particulière pour faire face aux Volcans et tremblement de terre... des maisons basses, avec de petites ouvertures, et de toutes les couleurs... beaucoup d'églises également et des champs et élevages de bovins.

De retour, les premiers concurrents arrivent à l'hôtel. Nous serons près de 250 à prendre le départ de ce 1er ULTRA ACORES. Parmi eux, 2 américains habitués de la Badwater Terry et Amy, Carlo Sa (Vainqueur de la Badwater, 4ème du MDS et UTMB) qui courra à domicile et Anna Frost



Vendredi : une grosse et belle journée nous attend !!! Elle débute par un footing à jeun de 50'. S’en suivra la conférence de presse. Après un bon repas, nous voilà partis sur de gros zodiac pour 2H30/3h en mer, à la chasse à vue de baleines et dauphins... Quel moment !!!





Samedi : THE RACE !!!
48km/+2200M, un coast to coast en passant et en faisant le tour du Volcan de l'ile. L'échauffement fut fait en compagnie de "maitre Anna", une partie de la course avec Carlos, pour finir en 6ème position. Certes, j'aurais pu faire mieux si je n'avais pas visité l'ile en courant les jours avant mais qu'importe, quel plaisir... Nous avons eu droit à tout : des marches, une végétation luxuriante, un ciel dégagé nous permettant d'admirer la Caldeira (6km de course pour faire le tour), et une arrivée des plus belles sur le sable au Pharo.. le tout constamment sous les encouragements des habitants de l'ile... un vrai moment de partage... qui se clôtura par une magnifique soirée ou tous les athlètes étaient présents.





Dimanche : qui a dit repos ???
Après un p'tit footing à jeun avec Terry "big moustache", nous voilà parti en mer à bord d'un beau voilier de 25m... allongé sur le ponton avant je savoure ces moments... Le skipper nous déposera sur l'ile d'en face afin que nous puissions gravir le plus haut sommet du Portugal... parti de la mer en short et t-shirt après 1H45 de montée, une traversée de mer nuage nous voilà au sommet avec Carlos dans la pluie et le brouillard.. peu importe.. quel moment encore !!!

Rentrés, ce sera le dernier repas au café des sports en compagnie de tout le monde Carlos, Anna, Mario, Terry et Amy...

UN grand merci à vous tous pour ces quelques jours en votre compagnie et ce partage.

Rien n'aurait été possible sans la volonté de Mario de nous réunir et nous offrir la possibilité de courir le 1er ULTRA ACORES..
Mario tu es un chef !!!!




Maintenant que les repères sont repris, direction la montagne et les Ultras avec

- 28/06 Ultra Queyras
- 12/07 Ultra Restonica
- puis la TDS et le GRR.....

 


02/06/2014

Trail du Pic Saint Loup by NIGHT ou un beau WE FESTA TRAIL

posté à 18h59 dans "2014"





Promesse avait été faite à mon ami Pierre Toussaint de venir participer à l'une des nombreuses épreuves.
De plus le concept est à souligner, pour preuve :
L'association Festa Trail vous propose de découvrir l'arrière-pays montpelliérain, ses paysages méditerranéens exceptionnels, à travers des épreuves de Trail, mais aussi des randonnées et des animations culturelles, le tout à des fins de contribution au développement durable du territoire autour du Pic Saint-Loup.
Il me restait à choisir laquelle ? initialement mon choix s'était porté sur le trail de l'Hérault pour des raisons personnelles : mes parents et grands-parents sont originaires de ce département (34)..
Mais ma blessure, m'a fait faire pas mal de changements d'orientation en ce début d'année...Invité aux Acores le we d’après, je ne pouvais compromettre ce beau voyage qui m'attendait.
We en famille, il en fallait pour tout le monde...donc la solution vu vite trouvée: je cours samedi après-midi avec le petit Mathys, puis jeux et balades dans les grottes des Demoiselles, je fais le BY NIGHT (séance rythme) et So fait le même parcours que moi le dimanche matin, puis je rentre en vélo !!!



Départ vendredi en camping-car pour ce beau we.. Arrivé sur place, je vois les copains Ludo et Pierrot avant de me retrouver à la table d'un chaleureux club CORSE, invité par le plus célèbre des Corses, Schwarzy Cédric Thérin (en hommage à ses beaux cuissots)
Le samedi matin, ce fut balade sur le parcours du 120km, survolé par Patrick Bohard ...et abandon de mon Cédric

21H30 : heure de ma course.. 20H50, je me prépare donc.. un peu d'huile sur les jambes lourdes après cette journée à marcher à droite et à gauche .Mathys, inquiet que je cours dans la nuit, souhaite être au départ de la course



Pan !!! Pierrot donne le départ de ma course ...nous débutons par une partie route à travers le village à plus de 16km/H.. Le peloton s'étire ...Nous sommes un petit groupe de 5 un peu détaché. Nous entamons la 1ère montée sur un chemin étroit et bien technique. Un coureur s'échappe. Je laisse faire, comme le reste des coureurs, au bout de 20' de montée et avant d'entamer la descente, je forme un binôme avec un coureur... je le lâcherai dans la 2ème montée..
Montée, descente, sous ma Petzl, je m'éclate vraiment sur ces petits singles... je pense que le coureur échappé est loin devant.. au KM 11 il à 6' d'avance.. je lui reprendrais presque toute la différence, pour échouer à 17" de lui et finir avec ses baskets dans mon viseur...
Je passe la ligne d'arrivée en 2ème position scratch dans les bras de mon Ludo et mon Pierrot...
Partager des moments comme cela avec des potes c'est trop bon !!!

J'aime le sport ainsi, des fois ça passe, des fois ça casse ..mais l'essentiel reste les potos.. RDV en 2015 Pierrot ...


crédit photo Carole Pipolo

 


15/05/2014

Trail de Mimet : le Retour

posté à 08h31 dans "2014"



Le retour de Seb sur les sentiers, mais aussi le retour d'un des trails les plus techniques du Sud Est de la France...

Un grand classique ce trail de Mimet qui avait disparu depuis 2 saisons, et qui revient avec une nouvelle organisation AIX ATHLE (qu'il ne faut pas manquer de féliciter pour son sérieux et sa générosité durant ce 11 mai 2014) mais qui garde son ancien traceur et amoureux du Massif de l'Etoile Patrice Marmet.



C'est une course dure, souvent sous la chaleur, pure et engagée, qui associe passages techniques et de relances, sans oublier les vues aériennes sur Marseille, la grande Bleue, la Ste Victoire et le Ventoux.. Un trail qui se mérite mais qui se savoure bien malgré tout aussi !!!

Première hésitation : 42km ou 27,5Km ??? sur les conseils du coach et du doc, ça sera 27,5km/+1450m...

Deuxième hésitation : quelles chaussures choisir ? privilégier le confort et l'amorti ou le technique et agressif ? combat HOKA ou Dynafit, les 2 étant bien évidement à semelle VIBRAM.

La semaine dernière, j’avais parcouru le tracé long en Hoka.. Ayant opté pour le parcours "confirmé», je devrais passer moins de temps dans la colline et surtout courir un peu plus vite que sur "l'expert".. Je choisis donc les Dynafit !

Coté ravito, j'opte pour une ceinture UlTRASPIRE "Synapse", boisson EFFINOV Menthe , 1gel Mulebar et une gourde ULTIMUM Abricot (ma préférée!!!).



Voilà, avec tout ça, samedi est vite passé et nous sommes déjà dimanche matin.

Le réveil sonne tôt 6h !! j'ai l'impression d'aller bosser, un p'tit café + 2 disgestpain, une promenade réveil avec mon labrador et je file à Mimet...

20' d'échauffement et le départ est donné. Dès les premières foulées, une tête nouvelle est déjà bien connue se met au avant post : Mister KIMOSOP Edward

Récent vainqueur du trail de la Galinette/25km d'Aix en Provence mais surtout TOP 10 au dernier Marseille Cassis !!!!

Autant dire difficile à suivre le bonhomme ; je décide par la force des choses de le laisser faire son one man show... Au 11ème KM il compte déjà 8' d'avance... à ce rythme, je vais prendre 30’...

Une 2ème course commence alors. Mes sensations sont bizarres, je sors d'une bonne semaine d'entrainement 6 jours sur 7 ., et suis donc en manque de repères .Je ferai les 2/3 de la course avec le futur second, à jouer au chat et à la souris.. Moi le distançant sur le technique et lui revenant avec aisance sur le roulant (2H31 au dernier marathon de Turin) ; et ce jusqu' à 3km de l'arrivée ou je n'ai pu lutter avec mon chrono de 2H46... Comme quoi même sur le trail ça court vite ...

Cependant, notre surprise fut grande à l'arrivée ! nous qui avions géré notre course, nous annonçant le leader 30' devant, nous fîmes surpris de voir qu'il était arrivé 5' avant nous.. Fatigué, éreinté musculairement...dommage ...si on avait su on aurait pu essayer d'aller le chercher..



Bilan de ce trail de Mimet: une rentrée rassurante,une bonne maitrise de la distance et du parcours ,bien dans les relances et descentes techniques,un peu juste en montée et ca sera le travail à venir ...

Je termine donc 3ème au scratch/260 partants, en 2H55 sur ce parcours de 27,5km/+1450M de cailloux.

La suite, direction le FESTA TRAIL, pour retrouver mes amis et passer un bon we TRAIL FIESTA avec Pierre Toussaint à l’organisation, The Voice Ludo à l’animation, et Cédric Thérin au ravito corse !

 


21/04/2014

Trail du Garlaban - trail

posté à 18h41 dans "2014"



Tout a commencé en avril 2010.. Date à laquelle j'ai rencontré Franck Palmieri à l'aéroport d'Orly, direction le désert marocain pour notre 1ère participation au Sultan Marathon des Sables ...
Une semaine en autosuffisance à partager sueur, pique-nique light ou lyophilisé, ronflements, chaleur et courbatures, et bien ça forge une amitié !!!
Déjà en 2012, Franck m'avait sollicité pour être le parrain de son épreuve, mais ça tombait le we de regroupement et de présentation du team VIBRAM, donc impossible.
Alors, cette année, nous nous sommes dit OUI.. LOL ...et je suis heureux de contribuer de façon modeste à la réussite de cette journée de sport... La convivialité était pour nous le mot d’ordre, sans compter sur une équipe de bénévoles au top, n'est-ce pas les graphistes Stéphane et Judith !!!



C'est donc sur la commune de Roquevaire que le Trail du Garlaban a posé son empreinte en ce dimanche 12 avril 2014.
A fin de satisfaire tout le monde, deux courses étaient proposées :
un 25 km avec 1300 mètres de dénivelé positif
un 14 km avec 800 mètres de dénivelé positive



Objectif savourez Le massif du Garlaban qui est constitué d’un ensemble de collines, celles de Marcel Pagnol. Le rocher du Garlaban (714 mètres d’altitude) domine Aubagne et Roquevaire et constitue un des points culminants du massif, mais pas le plus haut qui est la butte des Pinsots (719 mètres d’altitude). Parmi les autres sommets du massif, il y a notamment la tête Rouge (520m), de couleur ocre, et le Taoumé (667 m ) , l’endroit où se trouve la grotte du Grosibou, celle des romans «la gloire de mon père» et le «château de ma mère» de Marcel Pagnol.

En ce qui me concerne, je suis là sans réelle motivation de résultat, juste avec l'envie d'offrir partager et surtout échanger avec toutes et tous ...de plus, une douleur à la rotule du genou gauche me gêne depuis ma fin de préparation marathon de Barcelone.. La semaine passée, j'ai souffert dans les descentes techniques du Trail Cézanne, ne pouvant me lâcher comme j'aime le faire et étant obligé de gérer au maximum la distance ...

Il est 8H45, le départ est donné ...des fougueux prennent très vite les commandes.. Je laisse faire, ma tactique laissez faire le départ et revenir dans la 1ère montée...Mais sans ne sera qu'un rêve.. D'entrée je sens une douleur sous la rotule (comme une aiguille qui me perce le genou) qui m'empêche d'appuyer sur la jambe....Alors que ça ne fait que 5 km que nous courons !!! la journée va être longue.. Je pense m'arrêter mais je n'ose vis à vis de Franck.. Alors je laisse filer et faire les choses... En mode robocop et gestion douleur.... Je pense à ma participation à l'Ultra Ardéchois le 2 mai prochain, qui me paraît bien compromise...
La descente du Garlaban sera douloureuse





Je rallierais la ligne d'arrivée en 2H22, 9ème au scratch et 3ème V1.. Tout ça est bien anecdotique.

 




» Consulter les archives

RSS



     
Designed by Nico35